Laissons tomber cette pression de productivité

Photo de Simon Migaj 

Ce matin, j’ai lu un article de Dr. Aisha S. Ahmad dans The Chronicle for Higher Education que j’ai trouvé absolument juste et sage. Le voici en anglais : https://www.chronicle.com/article/Why-You-Should-Ignore-All-That/248366

J’ai aussi décidé de le traduire pour certains d’entre nous qui ne sommes pas bilingues. En espérant que ça nous inspire!

Pourquoi vous devriez ignorer toute cette pression de productivité

Par Aisha S. Ahmad – 27 MARS 2020 – traduction libre par Roxanne Dault

Parmi mes collègues universitaires et amis, j’ai observé une réponse commune à la crise persistante de Covid-19. Ils se battent vaillamment pour un sentiment de normalité – s’efforçant de déplacer les cours en ligne, respectant des horaires d’écriture stricts, créant des écoles Montessori dans leurs cuisines. Ils espèrent travailler fort pour un court passage jusqu’à ce que les choses redeviennent normales. Je souhaite à tous ceux qui poursuivent ce chemin la meilleure des chances et de la santé.

Pourtant, en tant que personne qui a connu des crises dans le monde, ce que je vois derrière cette course à la productivité est une hypothèse périlleuse. La réponse à la question que tout le monde se pose – « Quand tout ça va se terminer? » – est simple et évidente, mais terriblement difficile à accepter. La réponse n’est jamais.

Les catastrophes mondiales changent le monde et cette pandémie ressemble beaucoup à une guerre mondiale. Même si nous maîtrisons la crise de Covid-19 dans quelques mois, l’héritage de cette pandémie vivra avec nous pendant des années, voire des décennies à venir. Cela changera notre façon de bouger, de construire, d’apprendre et de nous connecter. Il n’y a tout simplement aucun moyen que nos vies reprennent comme si cela ne s’était jamais produit. Et donc, même si cela peut faire du bien dans le moment, il est fou de plonger dans une frénésie d’activités ou d’être obsédé par votre productivité scientifique en ce moment. C’est du déni et de l’illusion. La réponse émotionnelle et spirituelle est de se préparer à changer pour toujours.

Le reste de cette pièce est une offrande. Mes collègues du monde entier m’ont demandé de partager mes expériences d’adaptation aux conditions de crise. Bien sûr, je ne suis qu’un être humain, luttant comme tout le monde pour m’adapter à la pandémie. Cependant, j’ai travaillé et vécu dans des conditions de guerre, de conflits violents, de pauvreté et de catastrophes dans de nombreux endroits du monde. J’ai connu des pénuries alimentaires et des épidémies, ainsi que de longues périodes d’isolement social, de déplacements restreints et de confinement. J’ai mené des recherches primées dans des conditions physiques et psychologiques extrêmement difficiles, et je célèbre la productivité et la performance dans ma propre carrière universitaire.

Je partage les réflexions suivantes au cours de cette période difficile dans l’espoir qu’elles aideront d’autres à s’adapter aux conditions difficiles. Prenez ce dont vous avez besoin et laissez le reste.

Étape n ° 1 : Sécurité

Vos premiers jours et semaines de crise sont cruciaux et vous devriez faire suffisamment de place pour permettre un ajustement mental. Il est parfaitement normal et approprié de se sentir mal et perdu lors de cette transition initiale. Considérez que c’est une bonne chose que vous ne soyez pas dans le déni et que vous vous autorisiez à surmonter l’anxiété. Aucune personne sensée ne se sent bien pendant une catastrophe mondiale, alors soyez reconnaissant pour l’inconfort de votre santé mentale. À ce stade, je me concentrerais sur la nourriture, la famille, les amis et peut-être l’activité physique. (Vous ne deviendrez pas un athlète olympique au cours des deux prochaines semaines, alors ne vous fiez pas à des attentes ridicules.)

Ensuite, ignorez tous ceux qui publient incessamment sur les réseaux sociaux en ce moment. Il est normal que vous vous réveilliez à 3 heures du matin. C’est bien que vous ayez oublié de déjeuner et que vous ne puissiez pas suivre un cours de yoga sur Zoom. Il est normal que vous n’ayez pas touché à cette révision et nouvelle soumission en trois semaines.

Ignorez les gens qui publient qu’ils écrivent des articles et les gens qui se plaignent de ne pas pouvoir écrire d’articles. Ils sont sur leur propre chemin. Coupez le bruit.

Sachez que vous n’échouez pas. Lâchez toutes les idées profondément stupides que vous avez sur ce que vous devriez faire maintenant. Au lieu de cela, concentrez-vous intensément sur votre sécurité physique et psychologique. Votre première priorité au cours de cette première période devrait être de sécuriser votre maison. Obtenez des articles essentiels pour votre garde-manger, nettoyez votre maison et établissez un plan familial coordonné. Ayez des conversations raisonnables avec vos proches sur la préparation aux situations d’urgence. Si vous avez un être cher qui est un travailleur d’urgence ou un travailleur essentiel, redirigez vos énergies et soutenez cette personne comme votre priorité absolue. Identifiez leurs besoins puis répondez à ces besoins.

Peu importe à quoi ressemble votre unité familiale, vous aurez besoin d’une équipe forte dans les semaines et les mois à venir. Élaborez une stratégie de connexion sociale avec un petit groupe de famille, d’amis et / ou de voisins, tout en maintenant une distance physique conformément aux directives de santé publique. Identifiez les personnes vulnérables et assurez-vous qu’elles sont incluses et protégées.

La meilleure façon de constituer une équipe est d’être un bon coéquipier, alors prenez l’initiative de vous assurer que vous n’êtes pas seul. Si vous ne mettez pas en place cette infrastructure psychologique, le défi des mesures de distanciation physique nécessaires seront écrasantes. Construisez un système social durable et sûr maintenant.

Étape n ° 2 : Le changement mental

Une fois que vous vous sentez en sécurité, vous et votre équipe, vous vous sentirez plus stable, votre esprit et votre corps s’adapteront et vous aurez envie de défis plus exigeants. Avec le temps, votre cerveau peut et va s’adapter à ces nouvelles conditions de crise et votre capacité à effectuer un travail de niveau supérieur reprendra.

Ce changement mental vous permettra de redevenir un universitaire de haut niveau, même dans des conditions extrêmes. Cependant, ne précipitez pas ou ne jugez pas de vos changements intérieurs, surtout si vous n’avez jamais connu de catastrophes auparavant. L’un des messages les plus pertinents que j’ai vus sur Twitter était: « Jour 1 de la quarantaine : ‘Je vais méditer et faire de la musculation.’ Jour 4: * j’ai versé de la crème glacée dans les pâtes * » – c’est drôle mais il aborde directement la question.

Plus que jamais, nous devons abandonner le performance et embrasser l’authenticité. Nos changements mentaux essentiels nécessitent humilité et patience. Concentrez-vous sur un véritable changement interne. Ces transformations humaines seront honnêtes, brutes, laides, pleine d’espoir, frustrées, belles et divines. Et elles seront plus lentes que les universitaires les plus aguerris. Sois lent. Laissez cela vous distraire. Laissez-le changer votre façon de penser et de voir le monde. Parce que le monde est notre travail. Et ainsi, que cette tragédie détruise toutes nos hypothèses erronées et nous donne le courage de nouvelles idées audacieuses.

Étape n ° 3 : Accueillir un nouveau normal

De l’autre côté de ce changement, votre cerveau merveilleux, créatif et résilient vous attendra. Lorsque vos fondations sont solides, établissez un calendrier hebdomadaire qui priorise votre sécurité, puis découpez des plages horaires pour différentes catégories de votre travail : enseignement, administration et recherche. Effectuez d’abord les tâches faciles et progressez doucement vers des tâches plus ardues. Commencez à vous réveiller plus tôt. Le yoga et le crossfit en ligne seront plus faciles à ce stade.

Les choses commenceront à devenir plus naturelles. Le travail aura également plus de sens et vous serez plus à l’aise pour changer ou défaire ce qui est déjà en mouvement. De nouvelles idées vont émerger qui ne seraient pas venues à l’esprit si vous étiez resté dans le déni. Continuez à embrasser votre changement mental. Ayez foi dans le processus. Soutenez votre équipe.

Comprenez que c’est un marathon. Si vous sprintez au début, vous vomirez sur vos chaussures à la fin du mois. Préparez avec émotion cette crise qui se poursuivra pendant 12 à 18 mois, suivie d’une lente reprise. Si cela se termine plus tôt, soyez agréablement surpris. En ce moment, travaillez à établir votre sérénité, votre productivité et votre bien-être dans des conditions de catastrophes durables.

Aucun de nous ne sait combien de temps durera cette crise. Nous voulons tous que nos troupes soient rentrées avant Noël. L’incertitude nous rend tous fous.

Bien sûr, il y aura un jour où la pandémie sera terminée. Nous embrasserons nos voisins et nos amis. Nous retournerons dans nos salles de classe et nos cafés. Nos frontières finiront par rouvrir pour un mouvement plus libre. Nos économies se remettront un jour des récessions à venir.

Pourtant, nous ne sommes qu’au début de ce voyage. Pour la plupart des gens, nos esprits ne sont pas parvenus à accepter le fait que le monde a déjà changé. Certains membres du corps professoral se sentent distraits et coupables de ne pas pouvoir écrire suffisamment ou enseigner correctement les cours en ligne. D’autres utilisent leur temps à la maison pour écrire et signaler une explosion de la productivité de la recherche. Tout cela est du bruit – déni et illusion. Et pour l’instant, le déni ne fait que retarder le processus essentiel d’acceptation qui nous permettra de nous réinventer dans cette nouvelle réalité.

De l’autre côté de ce chemin d’acceptation, il y a l’espoir et la résilience. Nous saurons que nous pouvons y faire face, même si nos luttes se poursuivent pendant des années. Nous serons créatifs et réactifs, et trouverons de la lumière dans tous les coins et recoins. Nous apprendrons de nouvelles recettes et nous nous ferons des amis inhabituels. Nous aurons des projets que nous ne pouvons pas imaginer aujourd’hui et inspirerons des étudiants que nous n’avons pas encore rencontrés. Et nous nous entraiderons. Peu importe ce qui se passera ensuite, ensemble, nous serons prêts à servir.

En terminant, je rends grâce à ces collègues et amis qui viennent de régions difficiles qui connaissent ce sentiment de désastre dans leurs os. Au cours des derniers jours, nous avons ri de nos blessures d’enfance et avons exulté dans nos tribulations. Nous avons rendu grâce et honoré la résilience de nos anciennes blessures de guerre. Merci d’être des guerriers de la lumière et de partager votre sagesse née de la souffrance. Parce que la calamité est un grand professeur.

Aisha Ahmad est professeure adjointe de science politique à l’Université de Toronto et auteur du livre primé Jihad & Co: Black Markets and Islamist Power (Oxford University Press, 2017). Son Twitter est @ProfAishaAhmad.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s